Semaine de l'art : Un voyage à travers la scène artistique mexicaine
#1 Wendy Cabrera Rubio

Semaine de l’art : Un voyage à travers la scène artistique mexicaine<br> #1 Wendy Cabrera Rubio | MASSIVart

En raison de la pandémie, tous les événements artistiques et culturels du monde entier ont été touchés d’une manière ou d’une autre. La ville de Mexico n’a pas fait exception. Cette année, la semaine de l’art – qui a généralement pour vedettes la Zona Maco, Material Art Fair et le Salón Acme– se déroulera dans des formats spéciaux.

Bien que la dynamique soit très différente de celle des années précédentes, MASSIVart ne veut pas manquer l’occasion de présenter le travail d’artistes talentueux et de brillants acteurs culturels au Mexique. Au cours de cette semaine, nous donnerons la parole à différents artistes et galeristes pour qu’ils partagent leurs perceptions et leurs expériences de la scène artistique nationale.

Nous débutons cette série de portraits avec l’artiste et curatrice Wendy Cabrera Rubio.

 


 

Le travail de Wendy Cabrera Rubio (Mexico, 1993) se caractérise par une série de croisements qui traversent les frontières entre la haute et la basse culture, l’image et l’objet, la narration et l’action, par le biais du travail textile et théâtral, ou par l’étude historique de la culture de masse, en particulier les dessins animés et l’animation. Elle explore ainsi les relations entre l’esthétique et l’idéologie présentes dans les mécanismes de production et de diffusion des images.

Ses processus comprennent la réécriture, l’examen d’archives et la coopération avec d’autres disciplines. Les thèmes récurrents dans son travail sont la biotechnologie, la résurgence de l’ultra-droite et le projet panaméricain qui consiste à créer des liens entre les cultures d’Amérique du Nord, d’Amérique centrale et d’Amérique du Sud.

 

Wendy a étudié à l’ENPEG « La Esmeralda » et a ensuite intégré le programme éducatif SOMA. Son travail a été présenté collectivement au Museo Universitario de Ciencias y Artes, Laboratorio Arte Alameda, Ex-Teresa Arte Actual, Museo de la Ciudad, Sala de Arte Público Siqueiros, Colegio Nacional, entre autres. Et individuellement à Kurimanzutto, Peana, Biquini Wax EPS, Museo Jumex et Galería Nordenhake. Elle fait actuellement partie du Programme des jeunes créateurs FONCA 2021-2022 dans la catégorie des médias alternatifs.

Wendy a également mené des missions de gestion en tant que membre de LADRÓNgalería de 2016 à 2019. Le projet a bénéficié du soutien du Patronato de Arte Contemporáneo en 2016 et 2018. Elle fait actuellement partie du projet du musée communautaire et du club de lecture de Sierra Hermosa Zacatecas. Elle est membre fondatrice du collectif de commissaires Rivera Galería, réalisant des projets au Museo de la Ciudad de Querétaro et à Material Art Fair, entre autres.

 

Comment as-tu décidé de devenir artiste ?

José Vasconcelos m’est apparu dans un rêve.
José Vasconcelos (1882-1959) était un homme aux multiples facettes qui a joué un rôle essentiel dans la révolution mexicaine ainsi que dans la mise en place d’institutions modernes dans cette nation d’Amérique latine. Il était un avocat, éducateur, écrivain, homme politique et philosophe mexicain.

Quelles sont les questions clés que tu cherches à explorer dans ton travail ?

Seul l’absolu mérite-t-il l’accompagnement de l’éternité ? Seul l’absolu mérite-t-il l’accompagnement de l’éternité ? Seul l’absolu mérite-t-il l’accompagnement de l’éternité ? Seul l’absolu mérite l’accompagnement de l’éternité ? Seul l’absolu mérite l’accompagnement de l’éternité ? Seul l’absolu mérite l’accompagnement de l’éternité ?

Que fais-tu pour continuer à développer ta créativité ?

Je lis les manuels gratuits de lecture de troisième année du SEP (Ministère de l’éducation publique) pour que José Vasconcelos – qui a créé cette institution – continue d’apparaître dans mes rêves.

 

Trois mots qui décrivent la scène artistique mexicaine ?

Fermée, pleine de préjugés et parfois sensible.

Penses-tu que la scène artistique nationale inspire ou influence ton travail ?

Pour le meilleur et pour le pire, oui.

Quel est, selon toi, le plus grand défi à relever pour pouvoir produire de l’art au Mexique ?

Pour répondre à cette question, je commencerai par l’éducation artistique, qui est principalement centralisée dans la capitale et peu présente ailleurs. Il y a aussi l’augmentation du coût du logement et des services de base qui font partie d’une normalisation de l’exploitation de la main-d’œuvre où les emplois créatifs ont tendance à avoir des salaires bas ou pas de salaire du tout. Nous sommes confrontés à un champ d’incertitude économique, un filtre de classes qui permet aux voix des milieux privilégiés d’être les plus entendues.

Quelle est ta galerie préférée au Mexique et pourquoi ?

@luisgaleria pour sa sélection exquise de Tik Toks.
 

 

Image 1: Wendy Cabrera Rubio
Image 2: Panamerican Art Salon, 2020. Kurimanzutto, Mexico City. México
Image 3: Institute of Pacific Relations, 2021. Peana, Monterrey, México
Image 4: ¿Cómo hacer que una pintura se comporte como un paisaje?, 2020. Jumex Museum, Mexico City, México
Video: La historia la escriben los vencedores, 2017. Biquini Wax EPS, Mexico City, México