Célébration de la Journée internationale de la femme avec MASSIVart

Célébration de la Journée internationale de la femme avec MASSIVart | MASSIVart

La Journée internationale de la femme (8 mars) est une célébration mondiale des réalisations sociales, économiques, culturelles et politiques des femmes. Les valeurs fondamentales de MASSIVart consistent à rendre l’art et la culture plus accessibles et plus présents dans le monde, mais aussi à soutenir et à renforcer une communauté créative diverse, inclusive et émergente. L’égalité des sexes fait partie intégrante de ces valeurs.

 

Notre équipe talentueuse et les artistes avec lesquels nous travaillons ont un impact en contribuant au dynamisme, à la résilience et à la durabilité des villes et des lieux, et en créant un changement positif dans le monde.

Nous avons demandé à certaines des femmes incroyablement créatives de MASSIVart de partager leurs réflexions sur leurs œuvres d’art préférées et les projets sur lesquels elles ont aimé travailler récemment. Prenez une minute pour faire leur connaissance !

 

Philomène Deve, Directrice artistique, Montréal

Quelle est ton œuvre d’art préférée ?
J’ai récemment vu l’installation The Daydream de Bianca Bondi à la Fondation Louis Vuitton et j’ai été vraiment attirée par son travail. L’installation a quelque chose de magique, de presque spirituel. La pièce centrale ressemble à une fontaine faite de formes organiques comme des coraux géants et évoque quelque chose de fragile mais à la fois digne de culte. L’ambiance mystique est renforcée par des sons et des parfums qui créent un puissant moment de contemplation, de révérence envers la nature.

Quel est ton projet MASSIVart préféré ?
L’exposition Redirecting the Future pour le C-UHS de Toronto. Nous devions développer six installations participatives qui sensibilisaient aux inégalités du système de santé d’une manière engageante et accessible. Nos installations soulignaient l’importance de changer le système de santé actuel et encourageaient les gens à faire des dons pour cette cause. Je pense que ce projet montre que la créativité peut avoir un impact et j’aime que nos projets puissent avoir un effet positif sur la société.

 

Veronique Dufour, Coordinatrice créative, Montréal

Quelle est ton œuvre d’art préférée ?
Mon œuvre d’art préférée du moment est FLOW, une expérience audiovisuelle immersive que j’ai vue à l’Oasis : l’artiste est Maotik, et elle simule en temps réel le cycle naturel de l’élévation du niveau des mers, ce qui me rappelle mon amour pour l’océan. De plus, je pense que de telles expériences immersives sont un moyen super intéressant de stimuler les sens et, grâce à l’incorporation de data art dans cette pièce, nous pouvons voyager en quelques secondes vers des endroits particuliers de la planète, qu’il s’agisse des rivages reculés de l’Islande ou de la côte chaude de l’Australie, et sentir leurs pulsations. Cela m’apporte un sentiment d’ancrage dans un monde qui peut devenir si global, et pourrait avoir un puissant effet de levier en tant que message militant concernant les effets de la crise climatique : les gens peuvent voir les dégâts en temps réel !

Quel est ton projet MASSIVart préféré ?
Rencontres autochtones : Canada – Oaxaca. Je pense que ce projet est très spécial parce qu’il relie les voix silencieuses mais essentielles des Premières nations marginalisées qui sont distinctes dans leurs formes d’art et leur créativité mais qui partagent des expériences similaires d’oppression et de racisme. Je pense que l’impact social de projets comme ceux-ci est indéniable !

 

Jacqueline Alvarez, Design d’espaces, Mexico

Quelle est ton œuvre d’art préférée ?
Mon œuvre d’art préférée est Nike (Winged Victory) of Samothrace. Je pense que c’est une représentation puissante des femmes, de la victoire, de tout ce dont nous sommes capables. On peut le prendre symboliquement comme suit : le personnage n’a pas d’apparence faciale, il peut être n’importe qui.

Quel est ton projet MASSIVart préféré ?
Mon projet préféré est Too Tired to Sleep de Marie-Claude Marquis parce qu’il souligne l’importance de notre individualité et la nécessité de prendre soin de nous-mêmes, ainsi que l’expérience de ralentir, de partager et de se reconnecter.

 

Claire Tousignant, Associée directrice, Montréal

Quelle est ton œuvre d’art préférée ?
Ayum-ee-aawach Oomama-mowan: Speaking to Their Mother de Rebecca Belmore. Je suis attirée par les œuvres politiques en général, et plus particulièrement par celle de Rebecca Belmore, qui relie de manière transparente la nature aux luttes pour les structures de pouvoir, abordant des réalités sombres par le biais d’un mécanisme d’espoir.

Quel est ton projet MASSIVart préféré ?
Le projet des 21 installations d’art public pour lequel nous avons collaboré avec la ville de Montréal durant l’été 2021. J’aime le caractère innovant de ce projet qui est unique au monde. Nous avons eu le privilège de collaborer avec une large liste d’artistes et différents services de la ville, ce qui a donné au projet de la profondeur et du sens. J’aime ces projets à plusieurs niveaux où il faut sortir des sentiers battus. Le résultat artistique et l’impact social du projet sont remarquables. J’espère qu’il pourra servir d’exemple pour l’avenir des villes sur la manière d’investir intelligemment pour leurs communautés.

 

Estefania Cardoso, Directrice générale, Mexico

Quelle est ton œuvre d’art préférée ?
J’ai vraiment aimé faire l’expérience de Ganzfeld, une œuvre d’art immersive de James Turrell. Je pense qu’elle est très puissante, tout en étant simple et minimaliste, et qu’elle crée un espace d’introspection intéressant. Je suis étonnée de voir à quel point la lumière et les jeux de perspective peuvent modifier totalement votre perception de la profondeur et vous donner l’impression de flotter dans une autre dimension.

Quel est ton projet MASSIVart préféré ?
Rencontres autochtones : Canada – Oaxaca, un projet que nous avons réalisé à Oaxaca en collaboration avec l’ambassade du Canada au Mexique, a été une expérience très enrichissante pour moi. J’ai adoré la façon dont nous avons réuni des artistes de différents pays et de différentes communautés. Cela m’a rapprochée de ma propre culture et j’ai été vraiment inspirée par les différentes expressions artistiques, ainsi que par la prise de conscience de l’importance de reconnaître les droits des autochtones au Mexique et au Canada.

 

Jimena Lopez, Coordinatrice créative, Mexico

Quelle est ton œuvre d’art préférée ?
Je suis Koak depuis que je suis tombée sur son travail lors du CONDO Mexico en 2018. Sa technique et ses formes m’ont beaucoup séduite : elles sont si effrontément provocantes, j’adore ça. Pour moi, son travail représente un regard neuf sur le féminin. J’aime la façon dont elle dépeint la féminité comme quelque chose de vulnérable et de puissant, et j’aime encore plus la façon dont ces deux qualités ne sont pas présentées comme des antagonistes.

Quel est ton projet MASSIVart préféré ?
Rencontres autochtones : Canada – Oaxaca. C’était un travail considérable en termes de curation, de production et de gestion. Cependant, ce qui compte le plus pour moi, c’est que ce projet a donné une place aux voix réduites au silence et a permis de créer des ponts entre des personnes de deux régions qui, autrement, n’auraient pas eu autant de contacts. Il était incroyable de constater le pouvoir de l’art comme moyen de créer une communauté.

 

Jessica Pignataro, Responsable de projet, Mexico & Toronto

Quelle est ton œuvre d’art préférée ?
L’installation murale en argile d’Ame Hidalgo est mon rituel quotidien depuis plus d’un mois. Elle a laissé une empreinte durable sur ma psyché. Son nom de scène artistique est Pak’Luum, qui signifie « mur de terre » en maya. L’utilisation de matériaux durables et de pratiques de construction traditionnelles, qui favorisent le confort thermique, l’intérêt visuel et la contemplation des techniques anciennes appliquées à la vie moderne, a fait de cette œuvre un coup de cœur qui est également fonctionnel. Je suis une grande fan des traitements architecturaux qui font également office d’art biophilique. Ce motif sculpté particulier s’inspire des motifs traditionnels des travaux d’aiguille de Querétaro, au Mexique, à cette échelle de forme géométrique. C’est un visuel apaisant et satisfaisant qui m’a inspirée tout en améliorant la qualité de mon environnement.

Quel est ton projet MASSIVart préféré ?
Monument Lab x ArtworxTO parce qu’il célèbre et élève les idées de l’un des afro-futuristes préférés de Toronto, Quentin VerCetty, tout en créant une plateforme de changement de manière constructive pour discuter d’un sujet souvent controversé comme les monuments (via Monument Lab de Philadelphie) et tout en révélant d’autres questions. L’objectif est d’inciter les gens à poser des questions et à se demander comment aller de l’avant.

Notre équipe a participé à la production et à l’animation de cette série d’événements de plusieurs jours dans la ville de Toronto.

 

Alice Pouzet, Conseillère artistique, Montréal

Quelle est ton œuvre d’art préférée ?
Les performances de fumée colorée de Judy Chicago, qu’elle a commencé à produire en 1967. Judy Chicago est une artiste, auteur, éducatrice, humaniste et féministe. Elle est une artiste minimaliste de la scène du land art. Elle a développé le premier programme d’art féministe au California Institute of the Arts.

Avec sa série de performances de fumée colorée, son objectif, dit-elle, est d’ « adoucir la scène machiste du land art », puisque la plupart de ses collègues des années 1960 et 1970 étaient des hommes. Contrairement à ses contemporains masculins qui, dit-elle, créaient des œuvres en « déterrant » la nature et en la modifiant, elle vient souligner la beauté inhérente de la nature avec quelque chose d’éphémère : une fumée teintée qui joue avec la sensibilité du paysage.

Les séries sont principalement axées sur les femmes, et Judy Chicago utilise la fumée colorée pour « féminiser » son sujet.

A travers son travail engagé, Judy Chicago questionne la place des femmes dans le monde de l’art et leur représentation. Elle souhaite également réfléchir à la culture et aux relations entre les sexes et soulever des questions sur la condition humaine.

Quel est ton projet MASSIVart préféré ?
Le projet Essentiels est l’un de mes projets préférés. Ce projet reflète l’essence même de ce que fait MASSIVart, à savoir collaborer avec un artiste pour créer une œuvre d’art pour la communauté. Ce qui est inspirant, c’est le fait que nous ayons créé une œuvre d’art publique temporaire, en collaboration avec l’artiste Laurence Philomène, qui est accessible au public à toute heure du jour et de la nuit. L’œuvre mettait en avant la diversité du quartier dans lequel elle était installée et offrait également un aspect technologique grâce à l’intégration de QR codes.

Au-delà de l’aspect communautaire, cette installation visait à démocratiser l’art et à sortir des lieux institutionnels pour que tout le monde y ait accès. Je pense que c’est une étape nécessaire et que les projets d’art public devraient être conçus pour refléter et répondre aux besoins de la communauté à laquelle ils s’adressent.

 

Emilie Dulas, Responsable marketing

Quelle est ton œuvre d’art préférée ?
J’ai découvert cette installation magnifique et pleine de sens lors de l’exposition Mecarõ au MO.CO. de Montpellier, en France, qui met en lumière des artistes amazoniens et leur relation avec leur environnement social, économique et psychologique. J’ai beaucoup aimé l’installation de Sol Calero, Amazonas Shopping Center, prenant pour modèle un salon de coiffure typique, qui renvoie à un souvenir personnel de l’artiste. Elle questionne l’idée d’un espace sûr, le salon de coiffure où se crée souvent la dynamique communautaire en Amérique latine, et qui extrait les femmes de leur marginalité.

Quel est ton projet MASSIVart préféré ?
Mon projet MASSIVart préféré est la Station hivernale. Je pense que c’est la meilleure représentation de la façon dont le placemaking créatif et l’art public peuvent transformer des espaces vacants et engager la communauté. C’est également un projet durable qui a eu un impact social positif puisque les structures ont été construites avec du bois local recyclé par des apprentis ébénistes issus d’un cours d’insertion sociale et professionnelle.

Nous avons reçu des tonnes de réactions positives de la part des résidents locaux et des commerçants. Ce lieu, qui était complètement vide et inutilisé, a été ramené à la vie grâce à ce projet.


Nous espérons que vous avez été inspirés par ce moment de partage. N’oubliez pas de célébrer les femmes qui vous entourent, aujourd’hui et chaque jour !