Une étude de la Toronto Metropolitan University et des chefs de file de l’industrie révèle que le placemaking créatif augmente le RSI

– Manifeste –

 

Une étude collaborative menée par des chercheurs universitaires et des chefs de file de l’industrie a permis de prouver l’impact positif des interventions de placemaking (création de lieux) dans les espaces publics et privés. Cette étude menée par la Toronto Metropolitan University en collaboration avec The Daniels Corporation, Entro, LeMay et MASSIVart a révélé une augmentation du sentiment d’appartenance, du temps passé sur place, du sentiment de sécurité et de l’envie de parler des lieux ayant des interventions de placemaking. Ces résultats nous aident à comprendre les avantages immédiats et durables du placemaking pour le retail, les projets de développement immobilier et les espaces publics.

Ultimement, l’étude prouve que les initiatives de placemaking vont au-delà de la création d’un attrait visuel. Lorsque des interventions de placemaking sont mises en place, l’augmentation du temps passé dans un lieu peut se traduire par une augmentation des ventes ou de l’utilisation productive d’un lieu. L’augmentation de l’autocongruence renforce la notoriété des marques et l’attachement à celles-ci et le fait d’avoir une expérience de placemaking qui donne envie d’être partagée (bouche à oreille, réseaux sociaux) peut entraîner une augmentation du trafic vers votre destination. Les interventions de placemaking (conçues de manière réfléchie, co-créées avec la communauté et produites par des experts) influencent des comportements clés qui profitent tant aux communautés qu’aux entreprises.

L’étude a mesuré les réponses de 598 personnes après leur avoir présenté une version d’un lieu. Les lieux étaient les suivants : espaces de bureaux, places publiques, magasins, stations de transport en commun et immeubles en copropriété. La version de référence était un modèle du lieu tel qu’il apparaît en public. La version améliorée présente des interventions de placemaking conçues par les partenaires du secteur, notamment une signalétique améliorée, des installations d’art public ou des réaménagements des espaces. Les chercheurs ont reproduit les différents lieux dans des environnements virtuels immersifs, ce qui les a aidés à résoudre les problèmes d’accessibilité, de contexte et d’attribution rencontrés dans les études précédentes. Les environnements virtuels ont permis de s’assurer que les résultats ne pouvaient être attribués qu’aux interventions de placemaking.

Les chercheurs ont constaté que les initiatives de placemaking ont entraîné une augmentation de 53 % des perceptions positives pour tous les environnements améliorés, comparé au modèle de référence. Les individus ont également estimé que les environnements étaient plus accueillants, plus beaux, plus stimulants et plus confortables, la recherche montrant une augmentation de 63 % des sentiments positifs envers les lieux.

Un autre résultat important de l’étude est l’augmentation de 77 % de la probabilité que les gens recommandent le lieu à leurs amis, à leur famille et à leurs connaissances, ainsi que l’augmentation de 74 % de la probabilité que les visiteurs partagent davantage d’informations sur le lieu qui a fait l’objet d’interventions de placemaking. Cela peut se traduire par une augmentation du trafic sur votre lieu et une plus grande visibilité grâce au bouche-à-oreille ou au partage sur les médias sociaux. Cette conversation naturelle est une forme de publicité qui peut être incroyablement bénéfique.

Grâce au sentiment général que le lieu est plus beau, plus stimulant, plus sécuritaire et plus convivial et à la probabilité accrue que les visiteurs partagent leurs expériences, les chercheurs ont également constaté une augmentation de 50 % du temps passé sur les lieux. Le temps supplémentaire passé sur place peut se traduire par une augmentation des ventes, une utilisation productive de l’espace et de l’ensemble des avantages sociaux et environnementaux.

Finalement, les chercheurs ont remarqué un effet sur l’autocongruence individuelle dans les espaces améliorés. L’autocongruence se produit lorsqu’un individu établit un lien entre son identité personnelle et l’identité d’une marque. Les chercheurs ont observé une augmentation de 53 % de l’autocongruence lorsque les participants se sont engagés dans des lieux comportant des initiatives de placemaking. La synthèse de l’identité personnelle et de l’identité de la marque peut également renforcer l’allégeance à la marque, ce qui se traduit par des comportements tels que des achats fréquents, un engagement dans des activités communautaires et des interactions réfléchies avec l’environnement. L’étude prouve qu’une co-conception efficace stimule les communautés ciblées afin qu’elles puissent participer et établir un lien profond avec l’espace et son intention et s’y identifier.

Lorsqu’il interagissait avec l’un des lieux améliorés – stations de transport en commun, immeubles en copropriété, magasins et espaces de bureaux – le comportement de l’individu a été influencé positivement par les interventions de placemaking. Celles-ci peuvent avoir un impact significatif sur les communautés ciblées et produire les résultats souhaités, tels que l’augmentation des ventes, le renforcement des liens, l’augmentation des interactions, l’engagement communautaire, la fidélité envers la marque, l’augmentation du trafic et la sensibilisation positive. Les initiatives de placemaking ne sont pas seulement excellentes pour captiver vos clients et vos communautés, mais la probabilité accrue que ces individus en apprennent davantage, partagent leur expérience, se sentent mieux et alignent leur image d’eux-mêmes avec les espaces améliorés peut créer des effets immédiats et durables pour n’importe quel secteur.